Participation au concours d'écriture de la bibliothèque de Dax

    Ce concours, destiné aux jeunes de Dax et du Grand Dax, âgés de 6 à 25 ans, est organisé dans le cadre des Rencontres Lire qui se tiendront les 12,13 et 14 avril 2019.

    Les élèves de 1ère Bac Pro Commerce, qui ont pour objet d’étude dans leur programme : L’homme face aux avancées scientifiques et techniques, ont écrit un texte de science-fiction.

    Les élèves de Terminale Pro Commerce, eux,  se sont révélés être des poètes.

     

    Nous, les Océanides

    Au cinquième millénaire, les océans ont ravagé nos pays, nos villes nos maisons et recouvrent entièrement la planète Terre.

    Depuis ce jour abominable où tout a changé, nous avons dû nous adapter et devenir des Océanides.

    Les scientifiques avaient prédit cette nouvelle ère sans savoir exactement quand ni comment elle aurait lieu. Ils avaient donc élaboré au préalable un système très contraignant. De nombreuses personnes ont péri, mais pour celles qui ont réussi le protocole, la vie est belle.

    Durant les premiers mois, c’était très compliqué et des cellules d’urgence médico-psychologique ont été mises à disposition pour aider ceux qui avaient du mal à accepter ce nouveau mode de vie. Certains en effet, ont subi des dépressions et se sont même suicidés.

    Une puce implantée dans le cerveau apporte de l’énergie aux personnes handicapées ou déjà âgées ; mais cette puce n’a une espérance de vie que de 10 ans.

    Nous avons été recouverts d’un sérum qui nous rend imperméables et notre peau parait cirée, elle est résistante à toutes les variations de température.

    Des nageoires se sont développées à la hauteur de nos membres inférieurs et supérieurs, et des branchies artificielles sont reliées à un boitier qui se recharge grâce aux courants marins.

    Nos poumons ont été génétiquement modifiés pour s’adapter également à ce boitier, en cas de difficulté majeure. Certains hommes ont choisi d’avoir une tête de poisson.

    Des perfusions d’algues vitaminées nous permettent de nous alimenter. Nous pouvons aussi aller dans des bars marins où on sert une délicieuse soupe de bigorneaux. Ou alors, nous prenons une dose d’Océanium toutes les vingt-quatre heures.

    Un détail d’importance : l’Océanium empêche la maladie et le vieillissement.

    Nous communiquons grâce au langage des signes.

    Comme l’espèce des Océanides est en perpétuelle mutation, les scientifiques pensent améliorer encore la situation.

    Différentes cités se sont constituées et des concerts, des fêtes, des manifestations sont organisées dans d’immenses salles d’oxygène qui nous permettent de ne jamais oublier notre ancienne vie. Pour y aller, nous nous déplaçons à dos d’hippocampe géant (que nous appelons hipposcoops) ou de raie manta pour les plus chanceux. Un élevage expérimental de requins domestiques devrait permettre la mise en service de transports en commun.

    Nous sommes plus proches les uns des autres que nous ne l’étions sur Terre…

    J’ai découvert des paysages somptueux que je ne me lasse pas d’admirer de mon lit éponge, celui-là même où je fais de longues siestes.

    J’apprécie plus la valeur de chaque instant !

     

    Saraxelle Grandbleu, votre reporter d’Océania.

    3 mars en l’an 6100

     

    Amour Marin

     

    La sirène regarde dans un trou

    Et tombe à chaque heure goulument

    Dans les abysses profonds du jour

    Que sont les océans.

     

    A la fois poisson, à la fois femme,

    Elle parcourt les fond-marins

    A la recherche d’une belle âme

    Qui pourrait partager son destin.

     

    Un jour la tête hors de l’eau,

    Un autre jour sous cette étendue de vents,

    Elle regarde passer les bateaux

    En pensant qu’ils vont se perdre dans ce gouffre béant.

     

    Toutefois, elle rêve de naviguer sur les flots

    En espérant qu’avant la fin de sa vie,

    Quelqu’un viendra la chercher de là-haut

    Pour ne pas la laisser dans l’oubli.

     

    Où se trouve l’homme sur cette terre,

    Qui saura l’aimer autant que la mer

    Pour que cette mélodie de leur amour naissant

    Retentisse peu à peu dans tout l’océan?

    « Pour que les choses avancent,
    il y faut du temps et de la patience. »
    Saint Vincent de Paul, Lettre à Firmin Get,
    le 21 décembre 1657